03/10/2016

L'Avenir énergétique suisse ne rime pas avec audace

Le Conseil national vient d'approuver une version plus qu'édulcorée de la Stratégie énergie 2050.

Relevons le score : 105 voix pour, 95 voix contre et abstentions. Ce n'est clairement  pas un raz-de-marée et ceci s'explique par le seul fait que ce texte a été tellement vidé de sa substance que seuls le PLR et une bonne partie de l'UDC ont pu l'accepter.

Les lobbyistes ont bien travaillé, puisque, représentants les grands groupes électriques tels que AXPO et EOS et autres, ils ont réussi à

a) éviter de fixer un délai pour la sortie du nucléaire

b) diminuer la RPC et les subventions au développement des énergies renouvelables.

Ce qui m'étonne c'est qu'il y a des gens intelligents parmi nos conseillers nationaux, j'en connais certains. Mais alors pourquoi s'accrochent-ils à une conception dépassée de la production électrique de sa distribution ?

La production d'électricité par des centrales nucléaires date de l'après-guerre, lorsqu'on voulait en même temps produire du matériel pour fabriquer la bombe A. Aujourd'hui, tout le monde reconnaît que c'est une source d'énergie qui pose plus de problème (sécurité, déchets et même...rentabilité) qu'elle n'en résout. Quant à la production centralisée, elle aussi date d'une époque où tout devait être centralisé, alors que notre monde, toujours plus mobile, requiert de la décentralisation.

Peut-être que nos représentants au Parlement s'accrochent à ces valeurs passées et dépassées, parce qu'ils ne veulent surtout pas que la société change et altère leur rente de situation ? Ou parce qu'il leur est difficile d'admettre que les énergies renouvelables sont déjà incontournables et que les grands groupes de production électrique ne pourront plus faire les bénéfices mirobolants qu'ils ont fait jusqu'à récemment ?...et que nos conseillers nationaux, une fois retraités, ne pourront pas se muer en conseillers ......d'administration de l'un ou l'autre de ces grands groupes et toucher de gras jetons de présence ?

En out état de cause, espérons que nos sénateurs sauront faire preuve de la sagesse qu'on leur prête. Faute de quoi, le peuple pourra encore corriger le tir le 27 novembre prochain, en votant OUI à la sortie programmée du nucléaire.

19:14 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

Les commentaires sont fermés.