27/04/2016

Lux papers : libérez les lanceurs d'alerte !

Parfois, j'ai l'impression que la justice se trompe de cible.

Depuis quelques jours, 3 hommes, dont un journaliste, comparaissent devant un tribunal  du Luxembourg, accusés d’avoir fait fuiter des milliers de pages révélant les manoeuvres d'optimisation fiscale de grandes multinationales, établies au Luxembourg pour profiter de sa législation plutôt lâche en la matière.

Alors que n'importe quel individu doit payer des impôts sur la totalité de ses revenus, les entreprises, elles, peuvent éluder tout ou partie de l'impôt en profitant de législations laxistes en la matière. Oh bien sûr, rien d'illégal dans tout cela....juste pas très éthique.

A mon avis, ce ne devrait pas être ces 3 personnes qui devraient comparaître devant les tribunaux, mais les politiciens qui ont mis en place une telle législation. Sauf que, eux, ont le pouvoir, et ne risquent rien.

Alors, quand on me dit que la Communauté européenne fait son possible pour que les entreprises paient toutes tous les impôts qu'elles doivent payer, comme n'importe quel contribuable, j'ai quelques doutes, alors qu'on a élu à sa tête un ancien premier ministre luxembourgeois. Peut-être même celui qui avait mis en place cette législation particulièrement inique ?

Et donnons plutôt la Légion d'honneur à ces 3 personnes, à Snowden et à tous les lanceurs d'alerte....car, eux, contribuent vraiment à ce que le monde aille mieux !

17:59 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | | | | |

Commentaires

Billet intéressant mais traitement discutable sur les responsabilités.
Lorsque je lis l'à propos du bonhomme qui tient ce blog, je relève particulièrement sa tendance à préférer "réfléchir à des solutions que de chercher le responsable des problèmes".
Or, dans ce billet, le coupable semble avoir le grand tort d'être luxembourgeois.
Voilà qui me rappelle celui qui débarquait en Angleterre et qui tombait sur une rousse. Il notait dans son carnet : " Les anglaises sont rousses ".

Écrit par : Pierre Jenni | 28/04/2016

"libérez-les", ça fera de la place à nos potes, on les veut, ces dents de requins!

en 2016, en Suisse, pour sous cadres proches de top management, il n'existe rien,
pas de protection, aucune loi, aucune charte, aucun droit ne reconnaît et ne protège l'éthique dans leurs responsabilités, que ces chartes prétendent, dans leurs "good governance principles" ou autres principes internes que partagent toutes ces multis installées en Suisse

Visionner en 2012 la télé sur France 2 investigations était du rabâchage. OK, des journalistes français visionnent les boîtes au lettres au Lux.
Vu d'ici, la télé de F2 était encore loin de la réalité.

Par contre, en 2016, la Suisse qui est une fédération voit ses cantons comme Genève, encore loin de prendre les mesures, encore loin de savoir quoi faire face à l'éthique dans le travail.

Écrit par : divergente | 28/04/2016

Les commentaires sont fermés.